FOCUS SUR: “Digne et solidaire”, une émission d’Alain Gaba sur une radio locale de proximité.

Vieux bonhomme & citoyen.

alain-rlpAlain Gaba est un vieux bonhomme. Du moins s’est ainsi qu’il se résume souvent. Et pourtant il est toujours viscéralement attaché à être un citoyen. Un citoyen actif, à la parole débridée, ouverte à tous, et constructive. Aujourd’hui, il anime l’émission « Digne et Solidaire », sur Radio Libres en Périgord, le mardi à 13h35 et le vendredi à 11h15.  La Fabrique est partie à sa rencontre pour découvrir cet espace d’échanges et de connaissances partagées…

 

Bonjour Alain, peux-tu nous en dire un peu plus sur ton émission « Digne et Solidaire » ?

Oui. Tout part d’un constat qui m’alerte au quotidien : la société est mal faite pour les « vieux ». Quand je dis ça, on m’arrête souvent pour m’expliquer que de nombreux dispositifs aident les personnes âgées, que la retraite est le plus bel âge de la vie, qu’il faut faire la place aux jeunes… Et pourquoi ne devraient-ont pas simplement vivre ensemble ?! On dit souvent « Citoyens Seniors », j’en ai marre, j’étais déjà seniors à 20 ans quand je jouais football. Mon émission de radio s’inspire de cet âgisme ambiant et déborde sur des réflexions autour de notre société.

Quelles sont les attaques à la dignité humaine aujourd’hui ? Pourquoi devoir ramener du sens à la solidarité à travers, par exemple, ton émission ?

C’est difficile à exemplifier. Il y’en a constamment. A force de rabâcher, par la télévision, les médias, tout devient inconscient. La misère sociale n’est même plus visible. On voit souvent les grosses mais en fait elles sont quotidiennes. Pour le côté solidarité, c’est intimement lié. Finalement j’interviens sur un sujet presque anonyme : on ne parle pas des vieux… A part pour des indemnités de retraite, des allocations, des plans canicules, mais on en parle pas pour autre chose. C’est quand même assez extraordinaire d’être dans un monde qui se dit en progrès  et qui laisse de côté des gens. Il faut donner du sens à la vieillesse. Je prends cette émission comme un acte de militantisme. C’est ça mon bénévolat à moi. C’est aussi un appel à un nouveau regard plus conscient sur les conditions sociales. Pas qu’en France d’ailleurs. C’est aussi pour ça que je suis ouvert à la rencontre. Si des gens sont intéressés pour venir témoigner, s’exprimer, ils sont les bienvenus.

Découvrir et écouter le dernier podcast  « Digne et Solidaire ».

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller au contenu principal